top of page

Le concept

tortue_couleur.png

Quelques éléments clés ...

Principes écologiques : santé des sols, biodiversité, aliments sains et remplis de vitalité.

Un prix déterminé en fonction du coût de production, et non en fonction des prix du marché.

Des salaires décents pour l’équipe de la ferme

Implication de la communauté

... qui ont pour effet ...

Eau douce préservée,
lutte aux changements climatiques, sécurité alimentaire, santé humaine, accroissement de la biodiversité

Santé financière de la ferme et des fermiers, maintien des pratiques écologiques (plus exigeantes en temps, plus coûteuses), sentiment d’équité

Meilleure compréhension de la réalité de la ferme et des enjeux, accroissement du sentiment d’appartenance, reconnexion à la nature et au vivant

... et ultimement ...

Santé de l’écosystème

Pérennité de la ferme et de sa mission

Maintien et transmission des savoir-faire

Sentiment de communauté / Sens / Gratitude / Espoir en l’avenir

Legs aux générations futures

Contribution financière

1
Présentation
du budget

Le principe de base est simple : assurer la viabilité financière de la ferme, en déterminant le prix (qui sera payé par les membres) en fonction des coûts de production de la ferme, plutôt qu’en fonction des prix des « concurrents ». Résultat ? La pression sur les épaules des fermiers diminue de moitié, et la ferme poursuit ses activités sans risquer la faillite à chaque saison !

En fonction de la production prévue (250 foyers – 22 semaines), la ferme évalue à 295,000 $ le coût total pour mener à bien la saison 2024. Cette évaluation est faite sur la base de nos 17 années d’expérience et de notre dernier État des résultats (2022).

 

Sont inclus dans ce coût :

  • Dépenses courantes (coûts d’opération);

  • Amortissement des immobilisations (le coût des biens importants de la ferme, réparti sur leurs années d'utilisation - ex.: tracteur, camion de livraison, etc.);

  • Salaires adéquats.

Le financement de la saison devra être bouclé en amont, via les promesses d’engagement des membres (et autres sources potentielles de revenus), pour que la saison puisse démarrer !

2
Présentation des valeurs guides

En divisant le budget total par le nombre de foyers nourris, on arrive à un montant moyen à payer par foyer (valeur guide) 295,000 $ ÷ 250 = 1,180 $ par foyer.

 

Toutefois, ce montant moyen ne tient pas compte du nombre de personnes par foyer ni de leur consommation de légumes, qui peut être très variable.

 

Selon notre expérience, la consommation hebdomadaire de légumes de nos abonnés suit les proportions suivantes : 

  • 67%  en consomment une petite quantité* (anciennement le « petit panier »)

  • 26%  en consomment une moyenne quantité* (anciennement le « moyen panier »)

  • 7%  en consomment une grande quantité* (anciennement le « grand panier »)

 *  Où, si la petite quantité correspond à 1 part, la moyenne
     correspond à 1 1/2 part, et la grande à 2 parts.

Voici les valeurs guides proposées pour chacun des trois ''types'' de consommation de légumes (en quantité) : 

Formats / Quantité hebdomadaire de légumes

3
Récolte des
engagements

(1er février au 7 mars 2024)

Vous êtes invité.e.s à déterminer vous-même votre contribution financière.

 

Vous évaluez d’abord la consommation hebdomadaire en légumes de votre foyer, à partir des 3 formats présentés ci-haut. Ce choix vous renseigne sur la hauteur de la contribution financière que vous pourriez faire.

 

Vous considérez ensuite les autres facteurs pouvant faire moduler votre contribution, à la hausse ou à la baisse :

  • Vacances prolongées prévues, absences fréquentes;

  • Jardin personnel;

  • Objectif de faire beaucoup de transformation, conserves...;
     ** À noter : les grandes quantités de tomates italiennes (pour les conserves) seront offertes en commandes extra (payables séparément).

  • Cadeaux à votre entourage;

  • Modulation selon votre capacité à payer : les portefeuilles de chacun sont bien différents, et cela ne devrait pas être un frein à faire partie du projet. Vous êtes donc libre d’ajuster votre contribution, à la baisse ou à la hausse, selon votre situation économique. Nous voulons favoriser l’équité entre les membres !
    Nous souhaitons rendre accessible à un plus grand nombre de personnes ce type d’agriculture et ce type de projet, nous souhaitons que la communauté créée soit ample et diversifiée. Soyons solidaires !

  • Grande implication à la ferme ou au point de livraison; ou à l’inverse, manque de temps pour s’impliquer.

  • Grande affinité avec le projet; désir de soutenir davantage;

En tenant compte de tous ces facteurs, vous déterminez votre contribution financière. L’idée est d’en arriver à un montant avec lequel vous vous sentez à l’aise, en toute connaissance de cause; un montant à la fois juste/honnête pour les fermiers et juste/honnête pour vous.

 

Pour cette année, la période de récolte des engagements est du 1er février au 7 mars 2024. Durant toute cette période, la ferme compile les offres obtenues quotidiennement, et diffuse cette information sur son site web. C’est le moment pour les fermiers et les membres de faire rayonner le concept !

4

Tour d’enchères

À l’issue de la période de récolte des engagements (au 7 mars 2024), si l’objectif de 295,000$ n’est pas atteint, on fait un tour d’enchères ! On renvoie un formulaire : chaque membre est invité à augmenter un peu sa contribution, ou on essaie de trouver des solutions ensemble.

 

Rappelons-nous : le budget total de la saison doit être bouclé pour pouvoir démarrer la production. Un second tour d’enchères est lancé si le premier n’a pas permis d’atteindre le montant cible.

5
Objectif atteint :
la saison est officiellement lancée !

Une fois le montant cible atteint, les fermiers annoncent le lancement officiel de la saison, et démarrent celle-ci avec joie et sérénité !

 

Les membres paient alors leur part de soutien selon leur engagement et selon les modalités de paiement suivantes :

 

Versements :

Vous pouvez régler en 3 versements maximum, à intervalle d’un mois chacun, à partir du lancement officiel de la saison.

Modes de paiement :

  • Chèques,

  • virements entre personnes (pour les comptes Desjardins),

  • virements Interac.

 

En cas d’arrangement nécessaire pour des situations particulières, contactez-nous.

Production
et partage de
la récolte

Au point
de cueillette

En hiver, nous travaillons fort à planifier la saison à venir ! Tout est passé au peigne fin : plan des cultures, variétés, quantités, achat des semences, inventaire du matériel… Le vrai travail de production commence en mars avec l’ouverture de la serre pour le démarrage des semis !

 

Avec les années, nous avons développé une bonne connaissance de la quantité de légumes à produire en fonction des bouches à nourrir. C’est devenu un instinct. Nous aimons diversifier notre production (la diversité est gage de santé!), inclure des aliments un peu moins connus, faire plaisir à nos mangeurs, et en faire plus que moins !

 

Tableau (ou lien vers le tableau) qui montre tous les légumes qu’on produit et leur disponibilité au fil de la saison.

 

Le fruit de notre travail du printemps arrive vers la mi-juin. Nous livrons alors nos légumes selon les modalités déjà annoncées : 22 semaines de livraison (de mi-juin à mi-novembre environ), 3 points de cueillette (à la ferme, Plateau-Mont-Royal, Lachine) selon l’horaire établi (voir Offre 2024 pour les détails).

 

C’est un rendez-vous hebdomadaire entre les fermiers et la communauté ! Vous êtes libres de venir ou non selon vos disponibilités, de demander à quelqu’un de venir à votre place si vous avez un contretemps, de changer de point de cueillette si vous ratez le vôtre.

 

 

Les légumes qui sont prêts aux champs sont récoltés, apportés et présentés sur un étal, comme à un marché.

 

Les membres prennent ce qu’ils veulent, selon leurs goûts et leurs besoins pour la semaine. Une équipe est sur place (fermiers et membres) pour donner des indications en termes de quantités à prendre, etc. . Aucun calcul n’est fait, aucune valeur chiffrée n’est attribuée aux légumes que vous prenez : vous vous servez, comme dans un jardin J, en étant aiguillés, bien sûr, pour que votre récolte ne nuise pas à celle des autres ! La confiance est reine.

 

Nous sommes conscients que cette façon de fonctionner peut faire naître des inquiétudes, puisqu’elle est contraire à ce que nous connaissons. Nous croyons qu’il y aura une période d’adaptation pour tous. Nous amènerons probablement trop de légumes au départ et nous nous ajusterons au fur et à mesure. Ce sera la même chose pour vous.

 

 

 

 

 


Les mesures prises pour garantir un partage le plus juste possible de la récolte   Nous savons que c’est là un point sensible et que nous devons prendre toutes les mesures possibles pour que l’expérience d’aller chercher ses légumes soit la plus positive/agréable possible pour chacun.   - Les légumes apportés sont destinés uniquement aux membres de la ferme. Aucune vente n’est faite à des non-membres.   - Les présences sont prises au point de cueillette, pour assurer évidemment que seuls les membres aient accès aux légumes, mais aussi pour mieux jauger (encadrer) « l’écoulement (le flow) » des légumes. Ex. : « Il est 18h, les ¾ des membres sont déjà passés et il reste encore beaucoup de céleris. On peut suggérer aux derniers d’en prendre plusieurs et de se faire de la soupe ! ».   - L’équipe au point de cueillette est informée, à chaque livraison, des quantités de légumes apportés (ex. : 78 brocolis, 55 bouquets d’oignons verts, 120 lbs de tomates...). Chaque membre de l’équipe est attitré à un ou des légumes, pour assurer un juste partage. Certains légumes seront limités en quantité (« C’est la toute première récolte de tomates : il y en a 1 par personne ! »), d’autres seront particulièrement abondants et nous vous inviterons à vous servir généreusement (« Des concombres? Vous pouvez en prendre 20 si vous voulez !! »).   - À chaque point de chute, les quantités de légumes apportées et les quantités restantes sont prises en note (ou l’heure à laquelle il en a manqué, c’est selon). D’une semaine à l’autre, ces quantités sont ajustées pour correspondre le plus possible à la consommation des membres. C’est une gymnastique à laquelle nous nous exerçons depuis 17 ans ! À noter : certains légumes ont une fenêtre de récolte très courte. Du moment qu’ils sont prêts, ils ne peuvent attendre aux champs qu’une journée ou deux, particulièrement par temps de chaleur (ex. : pois sucrés, brocolis). Dans ce cas, nous récoltons tous ceux qui sont prêts et équilibrons le partage. Pour d’autres légumes, la fenêtre de récolte dure quelques semaines (ex. : carottes, betteraves). Les quantités que nous récoltons et apportons peuvent donc réellement correspondre aux besoins observés chez les membres.   Toute autre mesure proposée par les membres est la bienvenue. Fermier et membres travaillent ensemble à la réussite du projet !

Les avantages liés à cette façon de procéder   Nous choisissons ce mode de partage de la récolte car il nous apparaît logique et avantageux à plusieurs égards :   Flexibilité pour les membres : De 2007 à 2018, nous proposions des paniers bio classiques dont nous déterminions nous-mêmes le contenu. Quel casse-tête que celui de tenter de faire plaisir à tout un chacun ! C’était forcément un échec : il y avait trop de ceci pour les uns, pas assez de cela pour les autres. Avec la présente formule, vous avez la possibilité de choisir vous-mêmes ce que vous allez manger, selon vos envies du moment, selon vos impondérables de la semaine. Vous pouvez aussi vous absenter sans problème (on continue à s’occuper du jardin !).   Gain de temps (par l’évitement des calculs) : Jusqu’ici, dans les opérations quotidiennes liées à notre métier, le temps que nous accordions au calcul de la « valeur » était majeur. Il fallait : déterminer le prix de chaque aliment, produire des listes de prix et des affichettes à chaque semaine, calculer la valeur des achats de chaque client individuellement, etc. Les files étaient souvent longues aux points de chute, précisément en raison du temps passé à calculer ! Soustraire cette étape est un gain de temps garanti. ​ S’affranchir de la notion de valeur marchande : Le temps passé à calculer représente d’autant plus une aberration qu’il repose sur un faux postulat : celui que les prix correspondent à la valeur réelle (et justifiable/précise) des choses. Dans un contexte de production diversifiée comme la nôtre, le coût de production d’un aliment est à peu près impossible à déterminer. Le prix qu’on lui appose est finalement assez arbitraire, le plus souvent fixé en le comparant aux prix du marché ou en estimant le prix maximal que le client serait prêt débourser pour cet aliment. De manière plus large et philosophique, nous nous questionnons sur la pertinence et les effets, dans notre monde, de l’attribution systématique d’une valeur marchande aux choses, et plus encore aux biens de subsistance (aux aliments). En ne portant plus toute notre attention sur le prix des aliments, on se permet enfin de leur accorder une valeur autre, toute personnelle, faite de souvenirs d’enfance, d’anecdotes champêtres, de mille nuances... bien plus proche, finalement, de leur valeur réelle.   Se connecter au jardin / Vivre l’abondance : Vous arrivez devant notre étal et il y a une montagne de haricots. La récolte a été fructueuse. Vous êtes invité.e à en prendre autant que vous voulez... ou presque ! Toute personne qui a déjà fait un jardin l’a compris : la Nature est généreuse, elle nous donne sans compter. Nous le vivons à chaque saison en nous occupant de nos grands jardins; nous nous sentons riches d’eux. Nous croyons que le mode de partage de récolte que nous vous proposons, en n’étant pas basé sur les prix, vous rapprochera de la perspective du jardinier, vous permettra de ressentir vous aussi cette abondance si rassurante.     Nous avons confiance en cette façon de fonctionner, nous la croyons tout à fait possible parmi notre communauté. Depuis que nous faisons ce métier, nous avons surtout vu au sein de notre clientèle des comportements bienveillants : le souci de ne pas gaspiller, le réflexe d’en laisser pour les autres. Et si ce n’est pas toujours le cas, ce sera l’occasion d’évoluer ensemble dans cette fameuse question du partage de nos richesses.

Implication des membres de la communauté

L’implication en temps par les membres de la communauté rend évidemment la ferme plus solide. Elle n’est cependant pas obligatoire. 

 

L’expression « ferme communautaire » évoque peut-être l’idée d’une ferme où les membres doivent aller se mettre à quatre pattes dans les champs à chaque semaine pour le bon roulement des activités. Ce n’est pas ce que nous avons en tête ! Pour donner un ordre de grandeur, nous imaginons plutôt une implication de l’ordre de 2 ou 3 jours dans la saison, à la ferme ou à distance. Multipliés par 250 foyers membres, ces 2-3 jours auraient un énorme impact !

Point de chute Plateau-Mont-Royal

Prise en charge des  points de livraison / Aide à la distribution 

Pour la saison 2024, les points de livraison seront pris en charge par les membres. Une personne de la ferme fera évidemment la livraison des légumes en camion et assurera une présence tout au long du point de chute.

 

Seront assumés par l’équipe de bénévoles:

  • le recrutement des aides à la distribution (parmi les membres),

  • les horaires de chacun,

  • la logistique liée au stationnement et à l’accès au point de chute en général,

  • la communication des informations aux membres, etc.

Fertiles accompagnera l’équipe dans cette nouvelle prise en charge. 

Plantation d'arbres et arbustes indigènes, Havelock, Québec, 2013

Corvées festives

  • Plantation d’arbres en avril,

  • Plantation des tomates en mai,

  • Désherbage de juin à août,

  • Plantation de l’ail en octobre...

Voilà autant de projets qui se prêtent bien aux corvées de groupe ! C’est l’occasion de venir à la ferme, de faire une réelle différence et de s’amuser !

Éducatives, familiales, ces corvées sont toujours supervisées par un ou plusieurs membres de l’équipe de la ferme. Sortons les haut-parleur et la limonade !

Les Vendredis-Volontaires  
à la ferme  

La ferme vous est ouverte tous les vendredis si vous avez envie de contribuer. Une personne de l’équipe vous encadrera pour la journée. Les tâches peuvent être variées, en fonction des besoins de la ferme et de la météo, et peuvent s’adapter à votre condition physique (du classement des élastiques au charroyage des boîtes de courges !).

Groupe-noyau

Il est composé d’une dizaine de personnes, dont la passion et l’engagement énergisent et nourrissent la ferme et sa communauté.

 

Le groupe-noyau peut être comparé au CA d’une organisation, en version non-officielle ! Il impulse de nouvelles idées, s’intéresse aux grandes orientations de la ferme, participe aux prises de décision. Il peut coordonner les différents comités, se faire la courroie de transmission entre la ferme et ses membres. 

Rencontrer le groupe-noyau

brocoli

aux membres ...

  • de mieux comprendre la réalité de la ferme, de l’agriculture, d’élargir leur conscience et leur champ de connaissances;

  • de renforcer leur sentiment d’appartenance à la ferme;

  • de se sentir membre d’une communauté;

  • de rencontrer plein de gens formidables;

  • de s’endurcir physiquement (haha!)...

betterave

 aux fermiers ...

  • de déléguer une partie des tâches « connexes » et ainsi se concentrer sur la production alimentaire et l’entretien de la terre;

  • de se sentir moins isolés, plus soutenus;

  • d’apprendre à connaître plein de gens formidables...

  • de diminuer les dépenses de la ferme, et donc la hauteur des contributions;

  • de se sentir unies;

  • d’affronter les tempêtes;

  • de continuer d’être nourries par les bons légumes de la ferme, de durer dans le temps !

à la ferme et
  à la communauté ...

tomate

L'implication des     membres permet ...

L’implication des membres est faite sur une base volontaire, et n’influence pas de manière directe le montant de leur contribution (chacun est libre d’ajuster sa contribution financière selon sa situation et selon ses propres principes). Créer des équivalences « temps / argent » nous plongerait sur un terrain glissant et nous obligerait à une forme de contrôle stérile, nous faisant perdre temps et énergie. Nous préférons créer une atmosphère de confiance, de bienveillance et d’entraide spontanée.

 

Ainsi, nous croyons en un équilibre naturel entre les membres, où la balance des apports de chacun se dessinerait à l’échelle de plusieurs années. Nos ressources en temps, en énergie, en motivation sont différentes selon les périodes de notre vie. À certains moments, nous donnons l’essentiel de notre temps à nos jeunes enfants, à notre travail, à nos parents vieillissants... À d’autres moments, nous avons davantage de temps disponible que nous pouvons investir dans notre communauté, dans notre société. Nous avons confiance en cet équilibre. La ferme gagne à avoir une communauté variée, aux forces et ressources tout aussi variées. 

L’idée est donc de s’impliquer avec cœur, parce que ça nous plaît, sans exiger la même chose de tous, mais en ayant confiance qu’on pourra soi-même s’accorder une pause lorsque le temps sera venu, parce que la communauté entière sera là elle aussi pour s’investir.

 

Enfin, l’engagement d’un membre peut aussi être de l’ordre d’une attitude, d’une posture, plutôt que d’actions bien concrètes. Il peut se traduire par une forte confiance en la ferme et sa communauté, une loyauté de fer, une détermination à soutenir la ferme quoi qu’il arrive. Nous sentons parfois ce type d’engagement même chez des membres n’ayant jamais mis les pieds à la ferme. Cela nous rend plus forts. 

Plusieurs mains rassemblées

Équilibre naturel

bottom of page